Ne jamais danser Aguanilé

Est-ce que vous connaissez Aguanilé ?

Comme vous pouvez le voir, il s’agit d’une musique qui bombarde à 400 km/h. Elle est super sympa et représente un sacré challenge :

  • Elle va très très vite dés le début
  • Elle dure longtemps
  • Et en plus, elle finit assez brutalement (parfaite pour une fin impressionnante)

En général, il faut la danser avec quelqu’un qu’on connaît vraiment bien sinon on fait n’importe quoi et c’est la panique assurée. Honnêtement, c’est un excellent moyen pour se faire remarquer, surtout qu’il y’a beaucoup de monde qui vont s’asseoir lorsqu’elle commence.

Mon conseil ?
NE LA DANSEZ PAS ! FUYEZ MES AMIS !

Bon, je vous arrête tout de suite :

  • Je n’ai pas peur de cette musique
  • Je l’ai déjà dansé  plusieurs fois avec plusieurs filles
  • Et j’ai même dansé les deux versions (celle de Marc Anthony et celle de Hector)

Alors pourquoi donc ne pas la danser ?

  • Parce qu’après, nous sommes fatigué
  • Parce qu’après, nous sommes tout mouillé

Être mouillé à la salsa = Mauvaise idée

 

En plus, Aguanilé va très vite, donc pour suivre le rythme, on rabaisse son niveau : fini les passes compliquées, les changements de sens ou les placements de bras tout bizarre. On se contente de passes bidons genre setenta, ochenta y quatro et copielia pour la cubaine, ou genre quelques cross body et des orbital pour la porto. Bon d’accord, c’est joli de loin parce que la vitesse procure une sensation de fluidité exemplaire, surtout quand il s’agit de réaliser des figures de bases … Mais sérieusement, c’est ni de la danse, ni du plaisir. C’est juste de la frime. Pire : De la frime qui fatigue.

Donc après le petit spectacle, forcément, on va se faire inviter parce que si tu survis à Aguanilé, c’est que t’es un bon … Mais t’es fatigué (et en plus, t’es mouillé). Bref, selon moi, si on considère tout l’effort fournit dans un Aguanilé, je dirai que les retours ne sont pas suffisant.

Sauf si t’es Johnny Vasquez …