Comment organiser une excellente soirée salsa ?

Cet article est pour tous les organisateurs de soirées : C’est pas dur d’organiser une bonne soirée, regardez, je vous montre !

Lorsqu’on organise une soirée salsa, on veut plaire à tout prix, on fait tout pour que les gens s’amusent et qu’ils en aient pour leur argent. Cependant, il arrive que certains organisateurs de soirées oublient de prendre un peu de recul et font un peu n’importe quoi. Cet article est pour eux.

Chers organisateurs, voici quelques recommandations qui pourront transformer n’importe laquelle de vos « soirées salsa de la semaine » en « soirées dont tout le monde parle » :

  • Un danseur qui danse a chaud. Et quand t’as chaud, t’as soif. En général, on dispose d’un ticket valable pour une consommation mais c’est loin d’être assez. Il n’est donc pas rare qu’on fasse pleins d’aller-retours entre la piste de danse et les toilettes pour boire l’eau des toilettes. Franchement, c’est loin d’être glamour. Conseil n°01 : Offrez des boissons softs illimités. Tiens comme à Thiais : 2/3 fontaines avec du sirop, c’est parfait. Une bouteille de sirop, c’est 2€ max et l’eau vient du robinet. Avec ça, tu fais plaisir à tout le monde et ce petit monde reviendra. Dans l’idéal, il faudrait avoir un bar ouvert pour servir d’autres softs payant : jus d’orange, coca, redbull etc …

 

A 33€ la fontaine, c'est largement abordable.

  • Conseil n°02 : Améliorer « l’après-soirée ». Aujourd’hui, nous avons la chance de disposer de réseaux sociaux géniaux comme Facebook. Pourquoi ne pas s’en servir pour entretenir ses « clients » en attendant la prochaine soirée. Par exemple, vous pouvez poster les photos de la dernière soirée sur Facebook. Ainsi, tout le monde se tague, tout le monde se montre les photos et donne envie à d’autres personnes de venir à la prochaine soirée … et tout cela gratuitement. Dans le même genre, il y’a également les vidéos qui circulent facilement sur Facebook/Youtube, voila un petit exemple qui donne envie de revenir.
  • Conseil n°03 qui ressemble un peu au n°2 : Entretenez votre clientèle. Pour cela, ouvrez une Fan Page Facebook et proposer leur quelque chose qui les intéresse en ligne. Exemple : Pourquoi ne pas poster la playlist d’une soirée ? Genre « Voici la sélection de la semaine de notre super DJ ». Ainsi, les gens chez eux ré-écoutent les musiques qu’ils ont entendu chez vous. Ils savent que la semaine prochaine, ils vont avoir d’autres musiques à découvrir ou re-découvrir. Ils vont kiffer et cela, grâce à vous. En plus, ils savent qu’ils pourront redanser sur ces musiques chez vous, donc ils reviendront.
  • Conseil n°04 : Toujours lié à Facebook, les gens adorent découvrir la vie en coulisses. Alors donnez leur du contenu, limite des potins. Ils se sentiront proche de vous. Vous pouvez même dévoiler l’agenda des prochaines « grosses soirées (avec ou sans thème) », ils se sentiront privilégiés.

Il y’a pas mal de choses simples aussi qu’on adore retrouver en soirée : Pouvoir disposer d’un peu de talc pour pouvoir profiter pleinement de la piste de danse, ou bien de quelques ventilateurs pour pouvoir respirer. C’est simple et pas spécialement onéreux. C’est comme pour les tables où l’on peut se poser et discuter un peu avant de redanser. C’est agréable et on a l’impression d’être respecter.

J’en parlais en plus haut, il est presque primordial d’organiser des activités/animations ponctuelles tels que des soirées à thèmes par exemple. Il ne faut surtout pas qu’une routine s’installe sinon les danseurs vont se lasser et voudront aller voir ailleurs « juste pour changer un peu de temps en temps ». Tiens, une fois, j’étais dans une boite salsa où ils organisaient des soirées par niveaux. C’est assez surprenant mais par exemple, les débutants sont beaucoup plus apte à aller dans une « soirée débutant » où ils pourront inviter sans hésitation.

Toujours dans la rubrique « Les petits conseils de Monsieur Enchufla », voila quelques erreurs que j’ai pu noter durant certaines soirées, qui selon moi ne devraient pas avoir lieu :

  • Les Session Raggeaton : Alors oui d’accord, le raggaeton, c’est cool. Ça passe sur Latina et on adore Daddy Yankee … mais voila, en soirée salsa, on veut de la salsa. Déjà qu’à la base, la soirée est courte (3h après les cours) alors si en plus, on nous passe 30 minutes de « Gazolina » ou de « Révolution Raggaeton », voila ce qui va nous faire regretter d’avoir lâcher 5 € à l’entrée.
  • Dans la même lignée, il y’a les « spéciales dédicaces en fin de soirées« . Vous savez, c’est quand par exemple le DJ prend le micro et dit « Didier, celle là, elle est pour toi » et là, on pars pour 20 minutes de Ragga Dancehall. C’est bon, on sait que vous savez danser autre chose que la salsa. C’est complètement débile, cela n’intéresse que les 4 potes du DJ … et en plus, ça fait élitiste. Du coup, toutes les autres personnes se disent « ben c’est con, ces 20 dernières minutes, cela aurait pu être 20 minutes de Bachata ». Sachant que le phénomène d’élitisme est gros tabou dans le monde de la salsa, il faut absolument éviter cela (« les bons danseurs ne veulent danser qu’avec les bonnes danseuses », « les gens viennent en groupe et ne dansent qu’entre eux », « les mecs à la fin de la soirée sont relou et font genre la soirée est à eux » …).

Bref, la salsa est censé être un lieu de partage et non de « m’as-tu vu comme je danse bien ».

Autre point que j’aimerai aborder dans cet article, ce sont les choses qu’on ne verra jamais en soirée salsa alors qu’on adorerait.

  • Des bracelet de couleurs : VERT pour « Invite moi » et ROUGE pour « Ne m’invite pas » (ou plutôt, « C’est moi qui t’invite »). Cela changerait la vie de tellement de personnes. Les timides pourraient inviter sans peur et les personnes fatiguées souhaitant se reposer  n’auraient qu’à sortir ce bracelet pour qu’on leur foute la paix.
  • Vendre des glaces (à l’eau). Voila quelque chose qui désaltérerait comme il faut et qui apporterait un peu de sucre pour repartir de plus belle. Malheureusement, ce n’est pas possible car une glace entamée est une glace qui doit être fini, on aurait donc une salle potentiellement vide pendant 2/3 musiques parce que tout le monde finit son Mister Freeze.
  • Location de chaussures de danse : Pour les petits budgets qui ne peuvent s’accorder des paires à 150 € ou bien pour les curieux qui veulent tester avant l’achat. Là, je pense que si ça bloque, c’est l’hygiène. De base, les chaussures de danse ne sentent pas très bon mais alors porter les chaussures d’autres personnes … je pense que cela en refroidirait plus d’un.
  • Retransmission vidéo de la soirée en direct sur Internet pour les absents. Évidemment que cela n’est pas possible : droit à l’image, le blocage des gens qui se sentent observés, les personnes qui ne souhaitent pas être vu en train de danser, les mecs qui trompent leur nana etc.
  • Organiser des soirées en plein air toute l’année. Voila quelque chose de difficilement réalisable, la météo étant un peu capricieuse ces derniers temps.
  • Avoir un distributeur de canettes en plus du bar, afin d’être servi plus rapidement et toujours disposer d’une boisson fraiche. Ce n’est pas possible car il faudrait que chaque danseur ait de la monnaie sur lui. De plus, à choisir entre une canette à 1,50 € et un verre à 5€, tout le monde opterait pour le distributeur.
  • Avoir une équipe vidéo qui filme chaque soirée et qui fait un petit reportage vidéo. Cela pourrait être génial pour s’analyser entre le début et la fin de l’année scolaire. Malheureusement, un montage vidéo prend énormément de temps à réaliser et plus nous en réalisons et moins ils sont intéressant.

Et enfin pour conclure voici « les fausses bonnes idées qu’on pense que ça pourrait marcher d’enfer alors qu’en fait, ça marche vite fait » :

  •  L’alcool à bas prix : Cela semble une bonne idée mais en fait non, car la soirée salsa peut vite se transformer en squatte d’alcooliques non-danseurs qui ne sont là que pour les bières à 3€. C’est désagréable : ils prennent de la place sur la piste et en plus, ils font chier toutes les nanas avec des « hey ma petite mignonne, tu veux pas m’apprendre à danser ? »
  • Les battles de salsa : Le titre est accrocheur, ça promet du show et du niveau, mais en réalité, c’est bidon … et en plus, ça consomme du temps sur une soirée déjà courte. Prenons 4 couples qui souhaitent s’affronter : Cela fait 2 demies-finales et une grosse finale, soit facilement 30 minutes de compétition … 30 minutes durant lesquelles l’ensemble de la piste est prise par les compétiteurs et le public assis en cercle autour d’eux.
  • Des soirées salsa pour chaque soir de la semaine. Alors là, il n’y a rien de mieux pour lasser un public. Rien ne vaut une bonne soirée une fois (voir deux) par semaine, plutôt que d’organiser pleins de petites soirées qui rapportent peu et fatiguent beaucoup.
  • Les soirées salsa déguisés. Alors là, entre la chaleur procurée par les couches de vêtements empilées les unes sur les autres, le maquillage qui coule, la coupe de cheveux qui tombe … c’est forcément l’échec ou l’inconfort assuré.
  • Bracelets de couleurs : Vert « célibataire », Rouge « en couple » et Orange « elle n’est pas là ». La salsa est un lieu de rencontres certes … mais pas ce genre de rencontres. Les nanas souhaitant jouer le jeu vont se taper des gros relou de service et les mecs vont se sentir obligé d’inviter toutes les nanas vertes.

Voila chers organisateurs de soirées, vous connaissez désormais mes règles d’or qui selon moi permettent de réussir une soirée salsa. Évidemment, cela ne concerne que moi … mais quand même, il y’a pas mal de bonnes idées, je trouve 😉

Be awesome