La salsa, c’est un peu chez nous …

À force de squatter le monde de la salsa, il y a toujours un moment où il y a un déclic en toi. Genre tu te sens chez toi, tu penses danser beaucoup mieux, tu flambes comme pas possible … En fait, t’es devenu un squatteur de la salsa. Quels en sont les symptômes ? Est-ce c’est grave ? Enchufla.fr couvre le sujet pour toi.

Tout d’abord, voila quelques signes pouvant temoigner de ton changement comportemental :

  • A ton arrivée dans une boite, tu passes 30 minutes à dire bonjour avant de commencer à danser
  • Tu choisis les endroits où tu sors : y a de l’espace, le sol glisse bien, la musique est bonne …
  • Tu vas inviter toutes les « nouvelles têtes » de la soirée
  • Tu es capable de « comprendre » les passes des autres danseurs d’un simple coup d’oeil
  • Tu connais les prix de chaque soirée de chaque jour

Par contre, il y a deux sortes de squatteurs de la salsa.

Soit tu te reconnais dans ces anecdotes :

  • Tu ne danses plus le kuduro ou les conneries genre » Cordes à sauter »
  • Tu connais toutes les musiques qui passent et tu peux marquer tous les breaks
  • Tu ne quittes jamais ta veste
  • Tu reconnais des danseurs croisés en congrès de salsa
  • A la fin d’une soirée, tu squattes une after chez l’une des personnes de la soirée

Si pour toi, tout cela te parle, c’est que tu es devenu un bon danseur, c’est bon signe, ne deviens pas trop arrogant et garde les pieds sur terre. Pour le reste, c’est parfait.

Par contre, si jamais :

  • Tu parles de toi comme d’un danseur hors pair genre « t’as vu, je danse cubaine et Porto et des fois, je mixe les deux parce que je suis un killer »
  • Tu tapes la discute au DJ genre c’est ton pote de la Life
  • Tu penses pouvoir rentrer dans n’importe quelle troupe de danse mais t’as juste pas le temps
  • Tu kiffes danser sur des grosses musiques genre Aguanilé et tu penses que tout le monde te regarde

Ben si pour toi, cela te parle, c’est que t’es un kéké de la salsa et que t’es foutu.

Merci pour l'inspiration