Facebook et la salsa

Alors la salsa, c’est génial pour les rencontres. On fait la connaissance de beaucoup de monde en très peu de temps et parfois, on se fait même de très bons amis qu’on revoit en dehors des soirées.

Par contre, ça se fait pas tout de suite, on apprend à se connaitre, on tape la discute, on s’ajoute sur Facebook … Et il est là le cœur du problème : on accepte qui sur Facebook ? Vu qu’on rencontre vraiment beaucoup de monde avec la salsa, est-ce qu’on les veut tous sur notre Facebook ? Faut-il rajouter toute la planète salsa dans son Facebook ?

Analysons d’abord les points positifs :

  • Après tout, on commence la salsa pour se changer les idées, n’est-ce pas ? Et vu qu’on a pas toujours le temps de discuter en soirée salsa, pourquoi ne pas le faire en ligne ? Facebook est vraiment très utile pour démarrer un dialogue entre deux personnes. Puis au pire des cas, il est possible de bloquer/supprimer une personne en 3 cliques.
  • C’est beaucoup plus facile de filer son Facebook que son numéro de téléphone.
  • En plus, si on ajoute une personne influente du monde de la salsa (dj, prof, organisateur de soirée), on dispose alors d’un bon moyen pour se tenir informer des prochaines soirées, stages …
  • Et enfin, pour les timides (genre moi), c’est vachement plus simple de faire connaissance via le chat de Facebook (ça nous évite de demander la nana d’aller prendre un verre etc.)

Ça, c’est l’aspect sympathique de Facebook … Car y’a vraiment de tarés la dessus :

  • Genre le mec qui en soirée va pas danser avec toi ou te dire bonjour mais qui va aller cliquer sur « J’aime » sur presque toutes tes photos
  • Ou genre le mec qui va aller taper la discute avec tes amis sur ton propre mur, même si ces amis n’ont rien à voir avec la salsa

Puis c’est chiant, les gens de la salsa sur Facebook pensent que tu n’as que ça dans ta vie, donc on va te bombarder d’invitations pour des soirées à l’autre bout de l’ile de France ou genre t’inonder de clips YouTube de musiques salsa (ou kizomba, c’est la mode). Bordel, ils écoutent rien d’autre ou quoi ?

On est pas obligé de mettre de la salsa partout

Puis ça fait chier, des fois, on te tague sur des photos où tu danses. Franchement, entre la lumière dégueulasse, la sueur qui coule ou genre la gueule que tu fais parce que t’es en train de tourner, des fois, ça parait évident que y’avait pas besoin de te faire taguer dessus. De toute façon, si c’est pas sur ce genre de photos, c’est sur des flyers moches de soirée  (d’ailleurs ya pas de graphiste dans le monde de la salsa ou quoi ?).

En plus, quand t’acceptes une personne de la salsa, t’en a pleins d’autres après qui veulent te rajouter. Et comme ils veulent te faire comprendre qu’ils dansent aussi, ils ont des noms genre « Julien Salsa » ou « Christophe Kizombero ». Putain, c’est naze. Bon, dans le doute, t’acceptes parce que quand tu voies écrit « 100 amis en commun », tu te dis que tu le connais forcement de vue (tiens, c’est l’occasion de savoir comment il s’appelle … Depuis le temps).

Autre chose de ridicule aussi … quand arrive le jour de ton anniversaire, t’as 40 000 notifications d’inconnus qui te souhaitent tout pleins de bonnes choses. Ça touche vraiment le fond lorsque tu les rencontres en vrai et que tu bloques. Genre tu sais pas quoi leur dire, en fait, t’as rien à leur dire mais bizarrement, tu connais toute leur vie grâce à Facebook.

Vous l’aurez compris, Facebook et la salsa ne font pas bon ménage puisqu’en fin de compte, on se fait surtout bombarder de pubs et qu’on a l’impression que toutes nos photos de vacances sont souillées.